Le métier d’Olivier Lamothe Penelle: architecte technique

C’est au tour d’Olivier Lamothe Penelle, architecte technique sur un projet encore secret, de nous parler de son métier et des meilleures manières pour y arriver.

Peux-tu nous décrire ton travail chez Ubisoft?

J’oriente l’équipe de programmation pour que le code qu’ils écrivent : réponde bien aux besoins des clients (animateurs, concepteurs, artistes…), pour qu’on utilise bien les technologies existantes et pour éviter les bugs et les crash. Je participe aussi à mettre nos outils et technologies à jour pour bien répondre aux besoins de l’équipe et du marché.

À quoi ressemble une journée typique?

Je passe environ 50% de mon temps avec les programmeur(e)s pour discuter de leur architecture de code et l’autre 50% à coder moi-même des nouvelles fonctionnalités ou à réécrire celles qui ont accumulé la poussière.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ta job ?

Voir le code « prendre vie » à l’écran : Sous forme d’intelligence artificielle ou sous la forme d’une expérience excitante qui est la somme de millions de lignes de code.

Quel est le plus gros défi auquel tu as fait face ?

Terminer un jeu c’est toujours émotionnel : On veut ajouter le plus de fonctionnalités possibles pour faire le meilleur jeu au monde, mais le temps manque et on doit couper et faire des choix difficile. Sur WatchDogs 2, on devait simuler la ville de San Francisco, ce qui inclut des milliers de véhicules qui se déplacent dans les rues. Au niveau de la performance, c’était tout un défi parce qu’on a seulement un petit pourcentage du processeur pour simuler tous ces véhicules (le reste du temps de processeur est partagé entre le rendu, les animations, les contrôles du joueur, les menus, les civils, etc…). On a donc dû optimiser énormément ces comportements et la physique des véhicules pour que la ville semble bien remplie.

Quel(s) cursus scolaire(s) doit-on choisir pour faire ce métier ?

Les cursus les plus fréquents sont bacc en informatique ou en génie informatique. Depuis quelques années, certaines universités offrent des cours spécialisés pour les jeux vidéo. Ils permettent de toucher au monde du jeu plus rapidement (pendant les cours!), mais ils ne sont pas obligatoires.

Quel a été le moment où tu t’es dit « oui je veux travailler dans le jeu vidéo » ? Qui a été ton meilleur modèle / coach à l’époque ?

J’ai eu la chance de faire un stage dans le jeu vidéo grâce au programme coopératif à l’université de Sherbrooke; c’était une petite équipe, ce qui m’a permis de toucher à plusieurs sujet et j’ai eu la piqûre. Le produit est ludique, les équipes sont motivées sans être trop sérieuses et les défis sont intéressants et changeants.

Tôt dans ma carrière j’étais programmeur et j’admirais la facilité avec laquelle nos architectes pouvaient trouver des solutions, identifier des problèmes et formuler des explications claires. J’ai modelé ma façon de travailler pour les imiter et aujourd’hui j’ai le plaisir d’aider à mon tour les nouveaux venus. 🙂

As-tu un conseil à donner à un jeune qui voudrait aussi faire ce métier?

Télécharges l’engin Unity3D et amuses-toi à coder des trucs en C#! C’est très facile de trouver des tutoriels ou de l’aide pour Unity3D et c’est un engin facile qui ressemble à ce qui est utilisé dans l’industrie. Fais tourner un cube sur lui-même, code une boule qui roule et qui saute quand tu appuies sur la manette, laisse aller ton imagination même si ce n’est pas un produit fini, tu vas apprendre à programmer et tu vas pouvoir identifier les facettes de la conception de jeu qui t’intéressent le plus. Fait intéressant : la plupart des jeux qu’on joue sur nos téléphones sont fait avec Unity3D!

Envie d’en savoir plus sur les opportunités de carrières chez Ubisoft Montréal? Jetez un coup d’oeil à notre section votre carrière!

Menu