L’OSM s’impose dans la trame sonore de Rainbow Six Extraction

Avec un instrument de près de 4 mètres de hauteur, l’OSM assure une présence de taille dans la piste sonore du dernier jeu d’Ubisoft Montréal.

L’univers angoissant de Rainbow Six Extraction a rapidement évoqué plusieurs idées chez Vincent Gagnon, directeur audio du jeu, mais le compositeur vétéran d’Ubisoft voulait d’abord faire appel au savoir-faire musical montréalais. Une démarche créative qui allait nouer d’intéressantes collaborations et apporter son lot d’innovation.

Rainbow Six Extraction vous plonge dans un univers inquiétant

Une première au monde… avec un instrument qui ne donne pas sa place

Pour refléter l’univers sombre du jeu, Vincent Gagnon s’est doté d’un instrument qui pourrait bien venir d’une autre planète : la gigantesque octobasse.

« L’octobasse était parfaite pour le jeu, avec son côté sci-fi. Ça donne un ton étrange, car n’est pas un instrument qu’on entend souvent. »

Eric Chappell et l'octobasse
Crédit: Antoine Saito
Crédit: Antoine Saito

Des 7 existantes dans le monde, l’Orchestre Symphonique de Montréal en détient trois, dont la seule réplique du modèle original, datant de 1850. Une tour massive qui s’élève à près de 4 mètres de hauteur et parée de trois larges cordes actionnées par un système de leviers et de pédales. À quoi ressemble le son de l’immense instrument ? « Ça peut ressembler à un tremblement de terre », rigole Eric Chappell, contrebassiste et octobasse solo de l’OSM.

En 23 années de carrière, se retrouver face à une octobasse fait rêver, raconte le musicien :

De la voir en vrai, c’est assez incroyable. Et de savoir qu’il n’y a que peu de gens qui ont pu jouer de cet instrument, j’ai trouvé ça très intéressant.

L’instrument est si rare, qu’il n’existe pas ou peu de théorie pour en jouer, il faut donc être « très autodidacte », souligne Chappell.

Mine de rien, les deux hommes marquaient l’histoire en effectuant le premier enregistrement au monde de l’instrument pour un jeu vidéo : « Il y a eu beaucoup de premières dans ce qu’on a fait. », affirme le directeur audio d’Ubisoft.

Avec ces tonalités lentes et graves, l’octobasse jetait les bases pour la trame musicale de Rainbow Six Extraction, mais le compositeur avait plus d’un son étrange dans son sac…

Vidéo de l’OSM présentant l’octobasse – 2016

Rencontre du troisième type : l’octobasse, l’orgue et les ondes Martenot

Afin de renforcer la présence de l’octobasse, Vincent Gagnon s’est tourné vers un autre mastodonte musical : le Grand Orgue Pierre-Béique de la Maison symphonique de Montréal. Avec ses 6 489 tuyaux, inutile de dire qu’il déplace de l’air. Couplé avec la grande octobasse, le directeur musical savait que sa musique serait tout sauf légère : « Une grosse note d’octobasse avec les accords d’un orgue, déjà, ça sonne comme une tonne de briques. », dit-il avec un air de garçon sur le point de faire un mauvais coup.

Extrait d’une session d’enregistrement de la trame sonore de Rainbow Six Extraction à la Maison symphonique de Montréal -2019

Pour compléter son orchestre des curiosités, Vincent a fait appel aux ondes Martenot, un instrument monodique à oscillateur électronique peu connu, datant du 20e siècle. Avec ces trois instruments un brin excentriques, la trame sonore d’Extraction prenait des airs de groupe de rock prog des années 70 : « L’octobasse, l’orgue et les ondes Martenot, c’était un peu notre power trio. », dit-il en riant. La table était mise pour un son vraiment unique.

Les ondes Martenot

Une composition innovatrice « made in » Montréal

Entièrement réalisée à Montréal, Vincent avait une vision plus intime pour cette production et savait que la ville ne manquait pas de talents : « Un de mes buts, c’est que je voulais que ça sonne Montréal. Il y a beaucoup d’expertise musicale, non seulement l’OSM, mais aussi le Nouvel Ensemble Moderne ».

L’approche différente de Vincent et la proximité avec les musiciens lui ont permis d’obtenir un nombre d’heures incalculable de fichiers musicaux, tous modifiables et agençables « un peu comme des blocs Lego », explique-t-il. Le tour de force, c’est qu’une fois ces fichiers minutieusement disposés dans un programme intelligent, la musique du jeu se renouvelle automatiquement pour éviter les répétitions. En autres mots, l’expérience audio du joueur est unique et infinie. Une technique innovatrice dont on peut lire la fierté sur le visage du compositeur vétéran.

Lorsque questionné sur la latitude donnée sur le projet, Vincent Gagnon remercie son producteur et la liberté que lui a accordée Ubisoft : « Je suis très reconnaissant, c’est une belle marque de confiance pour moi. C’est définitivement mon highlight de carrière » termine-t-il.

Écoutez la trame sonore officielle de Rainbow Six Extraction sur Spotify

Vincent Gagnon et Jean-Willy Kunz lors d’un enregistrement -2019

Remerciements

Ubisoft Montréal tient à remercier l’Orchestre symphonique de Montréal, la Maison symphonique de Montréal ainsi que tous les talentueux musiciens et musiciennes qui ont contribué au projet, dont Eric Chappell et Jean-Willy Kunz.

Nous tenons aussi à souligner le grand travail de nos équipes et tous ceux et celles ayant participé à la création de la trame sonore du jeu : Vincent Gagnon, James Duhamel, Louis Dufort, Mathieu Rodier, Didier Gagnon, Alexis Farand, Simon Landry, Martin Lemieux, David Kristian, Laurent Martin et tous les autres. Merci !

Les Octobasses sont mises gracieusement à la disposition de l’OSM par la compagnie CANIMEX Inc. de Drummondville.
Le Grand Orgue Pierre-Béique a été généreusement offert à l’OSM par madame Jacqueline Desmarais.

Menu