Daniel Holden clôt la conférence i3D à Ubisoft Montréal

R&D

Cette semaine, Ubisoft Montréal a eu la chance d’accueillir i3D, une conférence de premier plan en matière de graphiques 3D en temps réel, à ses bureaux. C’était la première fois en 32 ans que cette conférence de renommée mondiale se tenait au Canada.

Elle a réuni plus de 200 experts 3D provenant de partout à travers la planète et, parmi les brillants orateurs s’y étant exprimés, nous comptions Daniel Holden, programmeur animation à Ubisoft Montréal et PhD en science informatique de l’université d’Édimbourg.

Daniel Holden

Au cours de sa présentation, Holden s’est principalement penché sur le machine learning ainsi que les initiatives d’Ubisoft La Forge en R&D. À quelques jours du lancement de la conférence, il a partagé ses pensées sur la venue d’i3D au pays, son rôle d’orateur principal au cours de la conférence ainsi que ses travaux à Ubisoft La Forge.

Bonjour Daniel! Cette année, i3D vient au Canada pour la première fois. Quel genre d’opportunité crois-tu que cela représente pour notre studio?

Daniel Holden : Je pense que c’est vraiment fantastique qu’i3D soit tenue à Ubisoft Montréal cette année. Les entreprises de développement de jeux vidéo ne vont pas toujours à la rencontre de la communauté académique, donc je crois que c’est vraiment une bonne chose pour Ubisoft de connecter avec elle et de transformer la relation entre l’industrie et le milieu académique en partenariat plutôt qu’en rapport client-fournisseur.

Les gens du milieu académique ne savent pas toujours quels problèmes pratiques ont besoin d’une solution dans l’industrie et les gens de l’industrie n’ont pas toujours le temps de se tenir au fait des nouvelles idées et techniques qui pourraient les aider. Parfois, tout ce qu’il faut est une conversation informelle d’une quinzaine de minutes pour créer de la magie – et c’est exactement ce que j’espère qu’i3D apportera au studio.

Tu seras orateur principal lors de la dernière journée de la conférence. Comment abordes-tu ce rôle?

D.H. : J’ai vraiment été flatté qu’on me demande d’être orateur principal cette année, surtout quand on sait que Turner Whitted, reconnu pour avoir inventé le ray tracing récursif en 1979, sera également orateur principal durant la conférence.

Je ne peux pas me comparer à lui, mais j’espère que, lorsque je présenterai certain des projets d’Ubisoft La Forge au public, il s’ouvrira davantage à l’idée de faire de la R&D en jeu vidéo et constatera tous les projets de recherche intéressants qui y sont possibles, une grande majorité desquels sont menés à industrialisation à Ubisoft La Forge.

Peux-tu nous en dire plus sur ta présentation?

D.H. :  Ma présentation porte principalement sur les différents projets de machine learning que nous menons à Ubisoft La Forge.

Une chose dont je suis bien conscient est la manière dont le deep learning et les réseaux de neurones ont été présentés dans les médias. Ce que je veux donc essayer de faire, c’est présenter une nouvelle perspective, plus pratique, sur les utilisations potentielles du machine learning dans les jeux – un angle qui, je l’espère, résonnera auprès des développeurs.

Je veux aussi montrer à quel point ça peut être excitant de faire de la recherche dans le domaine du développement de jeux vidéo et présenter les différents défis et applications qui y sont propres.

 Selon toi, comment se positionne i3D dans l’écosystème des conférences de l’industrie?

D.H. : i3D est probablement au top des conférences orientées spécifiquement vers les graphiques interactifs – ce qui veut dire qu’elle implique généralement beaucoup de recherche en techniques de rendu applicables aux jeux.

Comme à l’habitude, je suis impatient d’être renversé par les manières créatives dont les gens piratent le pipeline 3D.

Originaire de Londres, tu t’es joint à Ubisoft Montréal il y a environ un an. Qu’est-ce qui t’a amené à notre studio?

D.H. : J’ai toujours voulu travailler en développement de jeux vidéo, mais c’est vraiment Ubisoft La Forge qui m’a amené à Ubisoft Montréal. J’ai l’impression qu’avec tous les récents développements en machine learning, c’est exactement le bon endroit et le bon moment pour faire de la R&D dans le domaine. Je me suis joint à Ubisoft La Forge parce que je voulais faire partie de ce mouvement le plus tôt possible.

Jusqu’à présent, travailler à Ubisoft La Forge a été exactement ce que j’espérais. J’ai l’impression de déjà avoir un impact sur les choses à Ubisoft, ce qui est un constat incroyable et une chance inouïe. J’ai aussi vraiment apprécié ma première année au Canada et au Québec dans son ensemble. Je me suis senti le bienvenu dès le premier jour et j’apprécie beaucoup les moments que je passe en sol québécois – tempêtes de neige incluses!

 

Pour plus d’informations :

I3D symposium

Ubisoft La Forge

 

Menu